Accueil femme étrangère Rennes 35
Accueil > Actualités > Compte rendu de la clôture de la Marche Mondiale des Femmes 2015 Lisbonne – du 15 au 17 octobre

Compte rendu de la clôture de la Marche Mondiale des Femmes 2015 Lisbonne – du 15 au 17 octobre

Voici donc un bref compte-rendu qui sera étoffé un peu plus tard quand toutes les contributions seront remontées.

Regardez les photos sur :

https://marchemondialedesfemmes2015.wordpress.com/2015/05/15/phototheque/

  

Tout d’abord, un grand merci à toute la coordination de la MMF Portugal, aux copines si sympas, accueillantes et patientes. Une belle organisation sur les 3 jours, malgré, nous le savons, beaucoup de difficultés financières. Merci à elles de nous avoir permis, une fois de plus, de clôturer la 4ème  Action Globale de la MMF avec enthousiasme, chaleur et l’envie de continuer ensemble. 

Nous étions une centaine au début le jeudi, pour nous retrouver à plus de 600 le dernier jour, venant de : Portugal, Suisse, Belgique, France, Turquie, Etat Espagnol,  Pays Basque, Galice, Catalogne, Pologne, Roumanie, Grèce, Allemagne, Serbie… Et 105 inscrites de toutes les régions de France, (quand même !)

 

1er jour, jeudi 15 octobre 

Cette journée était consacrée au logement et aux expulsions sauvages dont souffrent les populations les plus démunies. Le matin, nous sommes allées à la périphérie de Lisbonne dans un quartier nommé Amadora.  Un endroit désolé, plein de gravas, avec quelques maisons qui tiennent encore vaguement le coup, d'autres, construites par les habitants eux-mêmes, leur seule richesse, leur seule solution pour ne pas se retrouver à la rue. Les habitant-es résistent aux expulsions et aux démolitions.

Nous avons été reçues dans une maison où nous avons pu comprendre la violence que subissent ces citoyen-nes, majoritairement venu-es du Cap Vert. Nous y avons aussi rencontré des militantes d’associations qui luttent contre la mairie et les entreprises du bâtiment pressées de transformer le quartier pour y réaliser des juteuses opérations immobilières. Les nouveaux logements, bien proprets et privés, seront inaccessibles pour les personnes expulsées qui ne seront pas relogées.

 

Nous avons déambulé d’un quartier défavorisé à l’autre, pouvant ainsi mesurer l'énorme opération de spéculation immobilière qui a déjà commencé et qui s'étend sur tous ces quartiers populaires à forte population de migrant-es. Nous avons pu échanger avec les habitant-es et avons mangé dans des petits restaurants d'un quartier plein de graffitis, de murs inventifs, colorés et expressifs.

L’après-midi, des travailleuses d’une crèche nous ont fait part de leur lutte pour être mieux payées et pour avoir de l’aide pour le fonctionnement ; une dizaine de femmes ont chanté et dansé au son de leur battucada, elles ont entraîné les participantes à danser avec elles. Ce fut un moment de joie et de détente. Nous avons également  eu un débat sur le logement. 

Belle journée d’échanges.

 

2ème jour, vendredi 16 octobre

Cette journée était consacrée aux débats en ateliers : Femmes et Souveraineté alimentaire, Le Kurdistan, Femmes et migrations, Féminisme noir, l'austérité et les impacts sur la vie des femmes, un atelier Théâtre de l’opprimé ; un atelier  wendo… 

Cela se passait à la Fábrica do Braço de Prata, un très beau lieu associatif où nous avons pu nous rencontrer entre délégations présentes, chanter et rire pendant le déjeuner et les moments de pause au soleil.

 

3ème jour, samedi 17 octobre

 La rencontre

 Sous une pluie battante, nous nous sommes rendues à l’université Nova de Lisboa, dernier lieu de notre rencontre, où nous avons rempli et + un amphi de 500 places.

 C’est le moment de « communion » bien connu des habituées des Marches, tout le monde ensemble, un moment d’auto-satisfaction (si, si !) /bilan des mobilisations de toute l’année, beaucoup de chants et de slogans,  des discours enflammés,

 Plusieurs discours dont ceux de Graça, notre nouvelle secrétaire internationale du Mozambique ; de Judite de la MMF Portugal, de Yildiz de la MMF de Turquie, de Sultane du Kurdistan, de Grèce, de Roumanie. Le sujet commun  du matin concernait la guerre et ses ravages et notre opposition à la résolution des problèmes à travers les armes.

Les jeunes qui ont participé à un moment ou à un autre à la Caravane Féministe Européenne nous ont mis en scène leur périple à travers l’Europe. Elles ont aussi beaucoup apprécié d'avoir pu expérimenter une vie collective entre-elles. Ce fut un moment fort de cette journée.

La manifestation

 Ensuite, nous sommes parties manifester pendant 2 heures, environ 3000 personnes. Ce fut une manif très vivante, bruyante et revendicative. Nous ne sommes pas passées inaperçues dans Lisbonne.

Le concert

Le concert a clôt cette belle journée, avec une chanteuse de fado, trois chorales, dont « Les chôraleuses » de Toulouse, le groupe des Ôrageuses… Nous nous sommes séparées dans la nuit en nous donnant rendez-vous dans nos futures actions et, collectivement, au minimum dans cinq ans pour la 5ème Marche.

  Tant que toutes les femmes ne seront pas libres, nous continuerons à marcher.

 
 

 

 

Déclic Femmes

Localisation

visuel  Localisation